logo-F3E-bandeau-site                                                      logo-nos-sujets-V2




Evaluer - Nos membres témoignent

Témoignage de Pamela Orellana Fernandez, Chargée d’études pour l’association Aide et Action.

Pamela Orellana Fernandez

Pamela Aide et Action THÈME DE L’ENTRETIEN :

La capitalisation de cinq années de pratiques et démarches d’Aide et Action et ASEM autour des dispositifs de participation des enfants aux espaces éducatifs qui croisent les expériences d’acteurs français et sénégalais.

Pourquoi avoir opté pour une démarche de capitalisation ?

La démarche de capitalisation s’est présentée comme une évidence. En effet, nous savions qu’il existait un capital de pratiques pédagogiques innovantes à clarifier et à valoriser en croisant les expériences d’écoles françaises et sénégalaises. Or, nous ne disposions pas des ressources techniques pour entreprendre une telle démarche. C’est ainsi que nous avons sollicité le F3E.

Comment s’est déroulée la démarche ?

Il a été essentiel de rassurer les écoles participantes quant à la valorisation de leurs pratiques éducatives. En effet, il s’agissait bien de mettre en lumière leur actions. Au début de la démarche, nous éprouvions des difficultés à définir les rôles respectifs du consultant et d’Aide des Action au sein du processus. Nous percevions la capitalisation uniquement comme une expertise externe. Mais à travers l’animation menée par le consultant, nous avons finalement compris que l’approche participative et une appropriation du processus sont fondamentales dans la démarche.

Quels ont été les apports de la capitalisation ?

Au-delà des apports qu’elle a pu avoir dans le secteur éducatif, pour Aide et Action, cette capitalisation s’est muée en une réflexion sur la stratégie globale de notre structure. Elle nous a en effet permis de prendre de la distance par rapport à l’ensemble de nos pratiques. Notre participation au groupe de travail du F3E sur la capitalisation nous oriente notamment dans notre démarche d’organisation apprenante.